La DSI forcée à se ré-inventer


collage-de-papier-dechire_21329534Le monde numérique est en bouleversement : de nouveaux outils, faciles à implémenter, même par les métiers, un monde devenu digital, sont autant d’indices qui doivent inciter les DSI à changer leur modèle organisationnel de base en un modèle plus souple et plus adapté à notre époque.

Une DSI bi-polaire : technologies et métiers
De plus en plus souvent je me pose la question de l’évolution des directions des systèmes d’information. Nous venons d’un monde technologique, c’est notre ADN, notre ancrage profond. A l’apparition des nouvelles technologies et de leur apport en terme de capacité de calcul, les entreprises ont eu besoin de se doter de moyens technologiques et donc aussi humain pour les gérer afin de tirer partie de cette rupture. Sont alors apparus les DSI. Dans la plupart des DSI organisées selon un modèle très classique on retrouvera généralement deux pôles, un pôle où se concentre la technologie et un autre ou se concentrent les études (et leur conséquence, le développement). Les premiers jouent un rôle de « plateau » sur lequel vont venir s’appuyer les constructions des deuxièmes, pour répondre aux besoins des directions métiers afin de faciliter ou développer leur business.

Un monde devenu 100% digital
A côté de cela, notre société évolue face à ces technologies. Peter Hinssen, professeur à la London Business School, traite ce sujet à travers son livre intitulé « the new normal », la nouvelle normalité, où il explique que nous sommes arrivé à un tournant de l’histoire de l’informatique où une majeure partie de la population est « digital native », ou du moins l’est devenue depuis plusieurs années. Les générations Y qui rentrent en entreprise n’ont besoin d’aucune formation liée aux technologies, au contraire parfois elles en emmènent avec elles (cf Shadow IT), les plus anciens ont dompté majoritairement les outils que l’ont utilise en entreprise et ont déjà vécu plusieurs mini révolutions liées à l’histoire de l’informatique : changement de version de logiciels ou nouveaux logiciels, implémentation d’ERP etc…Comme le dit Peter Hinssen, la nouvelle normalité c’est « d’être digital », on ne le devient plus, on l’est.

Une lame de fond est en marche
Quand nous croisons ces deux constats : une DSI technologique et études, avec la nouvelle normalité d’un monde devenu digital, on est en droit de se dire que le modèle déployé par les DSI actuelles en termes d’organisation et de réponses aux besoin n’est peut-être plus adapté. Que devient l’apport technologique d’une DSI (si l’on grossit le trait), lorsque nous sommes entourés non plus de consommateurs de technologies, mais aussi de consommateurs/acteurs de technologies ? Cloud, consumérisation, BYoD, autant de nouveaux concepts qui viennent jeter une pierre dans la mare silencieuse de la DSI et bousculer les convenances. Qu’est-ce qui retient aujourd’hui un PDG de s’affranchir de la composante technologique de la DSI dès lors que celle-ci est tellement triviale, qu’elle peut-être externalisée ? Qu’est-ce qui retient un utilisateur d’implémenter des solutions dans le cloud en s’affranchissant de la DSI (Shadow IT), si ce n’est un interdit qui peut avoir son effet immédiat, mais qui ne fait que retarder l’échéance où ces pratiques seront tellement nombreuses qu’elles en seront insurmontables ? A mon sens rien.

« le changement c’est maintenant »…
Il va donc falloir se réinventer. Un peu comme au judo, se servir de la force de cette lame de fond en y appliquant une légère impulsion afin de la diriger où l’on veut. On a connu la DSI dans sa tour d’ivoire (bloquante), la DSI qui se rapproche des métiers pour devenir dans le meilleur des cas un business partner, et bien il va aussi falloir se réinventer pour être une DSI, ou quel que soit le nom que cette entité portera, qui sache à la fois comprendre les métiers de l’entreprise mais aussi être un agent facilitant, prêt à bouleverser ses modes de fonctionnement et à sortir de ses standards complexes, prêt a embrasser de nouveaux horizons où la technologie compte moins que ce que l’on en fait. L’informatique n’est plus complexe aux yeux des utilisateurs dans leur vie quotidienne, alors pourquoi le serait-elle en milieu professionnel ?

Une réflexion sur “La DSI forcée à se ré-inventer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s